jeudi 9 novembre 2017
par  Mutos

Edvance, ou le début d’application des ordonnances ?

La filiale commune NP-EDP Edvance, alias l’ancien NICE pour ceux qui auraient raté un épisode, était déjà un OVNI mal dégrossi avec ses mises à disposition, son accord PIDU traçant des pointillés bizarre au milieu du périmètre NP, et son organisation qui semblait avoir été faite à la va-vite.

Elle avait au moins encore un semblant d’Instances Représentatives du Personnel, sous la forme de Délégués du Personnel et d’un CHSCT, qui étaient encore obligatoire à la date de rédaction du projet, il y a quelques mois. Las ! Voilà que la direction de NP Courbevoie nous annonce que ces instances n’existeront jamais, les ordonnances permettant désormais de s’en passer !

Dans la même veine, voilà également que les directions de NP et EDF se jouent des CHSCT sur la question de l’aménagement de la Tour. Ignorant superbement l’avis négatif motivé par une expertise aux conclusions alarmantes, elles maintiennent leurs objectifs de densification des bureaux, allant jusqu’à entasser quelque 130 salariés dans des étages qui jadis en accomodaient 90... Ni l’avis du CHSCT NP, ni le rapport de l’expertise n’ont évidemment été portés à la connaissance des deux CHSCT EDF qui, devant se prononcer sur le projet, l’ont fait sur la foi de la déclaration de la direction que les nouveaux plans « respectaient la charte d’aménagement AREVA » ! d’ailleurs, l’un de ces CHSCT s’est prononcé négativement.

Hasard ? Coïncidence ? Ou bien, sachant que les CHSCT vivent leurs derniers mois si les ordonnances ne sont pas combattues et repoussées, conviction que l’on peut désormais les court-circuiter par anticipation ?

Alors si vous devez aller chez Edvance, vous pourriez y perdre quelques illusions... ou bien vous syndiquer pour défendre vos droits et éviter leur disparition pure et simple.

(dernière révision du tract dont une version précédente a été distribué le 09/11/2017)


Articles les plus récents

jeudi 18 mai 2017
par  Mutos

LEA : pourquoi nous avons voté contre

La filialisation des activités du Laboratoire d’Etalons d’Activité, avec ses 27 salariés, a été soumise à consultation au CCE NP. La CGT s’est prononcé contre.

En effet, dans cette opération, AREVA NP semble plutôt préoccupé de « se débarrasser » d’une activité d’utilité publique, jugée peu rentable financièrement et donc peu attrayant pour le futur repreneur EDF, plutôt que d’assurer l’avenir de la future filiale. L’avenir social des salariés est loin d’être assuré, avec une nouvelle direction New AREVA peu au fait de l’activité et un refus de garantir les statuts des salariés.

Pourtant, l’équipe du LEA était prête à relever les défis de l’avenir de cette activté, pour peu qu’elle reste soutenue par le groupe. Maintenant, filialisée et projetée dans la concurrence sauvage face à un autre laboratoire quasiment monopolistique et de plusieurs dizaines de fois sa taille, cette même équipe peine à voir quelle peut être son avenir sans le Groupe AREVA derrière elle.

C’est pourquoi nous réaffirmons que l’activité du LEA doit être pérennisée, avec un soutien puissant du groupe et des statuts honnêtes pour les salariés. Comme la fermeture du réacteur OSIRIS par le CEA pour raisons purement économiques, les pouvoirs publics, les directions d’AREVA et d’EDF ne tiennent pas compte de ces aspects humains. Le LEA, comme Osiris, est pourtant essentiel pour la qualité de la recherche et de la santé nucléaires.

jeudi 27 avril 2017
par  Mutos

Dossier des propositions CGT pour l’industrie française

Une fois n’est pas coutume, nous allons sortir du strict cadre d’AREVA et même de notre filière nucléaire, pour nous intéresser plus largement à l’industrie française. En effet, AREVA, de par ses sites de fabrication et son ingénierie, mais aussi son activité de maintenance et de démantèlement, est partie prenante de ce domaine d’activité essentiel pour notre pays qu’est l’industrie et qui, en France, semble en déclin...

Semble, mais semble seulement, car l’industrie française possède encore de nombreux atouts qui, s’ils ne sont pas dilapidés dans une logique financière et court-termiste, peuvent lui faire regagner force et santé, pour répondre aux besoins de nos concitoyens et leur fournir un travail riche de valeur et de sens.

C’est pour cela que la FTM-CGT (les Métallos, quoi !) a réalisé ce dossier de 36 pages, dont la lecture vous étonnera certainement et, nous l’espérons, vous inspirera !

jeudi 27 avril 2017
par  Mutos

Négociations Intéressement NP 2017

Les négociations NP sur l’intéressement ont commencé, l’enjeu est de renouveller pour trois ans l’accord sur AREVA NP.

La direction a exprimé ces propositions, avec une première position forte contre laquelle s’élève la CGT : réduire la part d’intéressement à 4% au lieu de 10% de la masse salariale. Le ton étant donné et le gâteau divisé d’entrée par deux et demi, voilà que l’on nous propose un « supplément » pouvant aller jusqu’à 4% si certains jalons sont tenus.

La CGT réaffirme son opposition à la réduction de la base de l’intéressement à 4% au lieu de 10% et se positionne par rapport aux critères donnés par la direction, en particulier sur les objectifs d’accidents du travail, car on ne doit pas dévoyer l’obligation de moyens qu’a l’entreprise de garantir la sécurité de ses salariés en en faisant une obligation de résultats de chaque salarié. De plus, le critère « accident du travail avec arrêt » pousse insidieusement, non pas l’entreprise à mettre en place des plans de prévention, mais surtout les salariés à « glisser sous le tapis » leurs éventuels problèmes. C’est pourquoi nous proposons le remplacement de ce critère par un basé sur la Prévention.

Lors de la réunion, il n’a pas été possible, faute de temps - mais elle s’est terminé à l’heure, On Time Delivery oblige - de balayer les critères de toutes les Unités de Travail. Seuls les Composants et le Combustible ont été examinés. Nous avons cependant relevé un certain nombre de critères que nous contestons, et qui sont détaillés dans le tract ci-dessous.

Aujourd’hui et lors des prochaines réunions (4 Mai et après), nous réaffirmons notre opposition au passage de la part d’intéressement de 10% à 4% de la masse salariale. Cependant, dans l’intérêt des salariés nous poursuivons les négociations et resterons force de propositions afin d’obtenir le « mieux » qu’il sera possible.

mardi 25 avril 2017
par  Mutos

Représentativité syndicale : et si on arrêtait la manipulation ?

Depuis le 31 Mars et la publication des nouveaux chiffres sur la représentativité, le fait que la CGT passe de la 1ère place à la 2ème dans les entreprises privées de plus de 10 salariés est qualifié de « séisme dans le paysage syndical ».

Si la CGT n’a aucun mal à accepter le résultat du vote des salariés, ni à faire sa propre auto critique, la manière dont sont présentées les choses nous semble quelque peu partiale. Ce grand boulversement ne nous empêche pas de rester la 1ère organisation syndicale du pays, ni de garder cette première place dans les TPE et le public.

Depuis sa création il y a 120 ans, la CGT est combattue, précisèment parce qu’elle porte les revendications des travailleurs, partout et toujours, sans accepter de compromissions. Son chemin est rude et escarpé et il faut bien reconnaître que plus facile, plus rapide est... enfin vous savez... l’autre chemin, qui passe par se contenter d’accompagner les reculs sociaux et de négocier le moindre mal. Tel n’est pas notre choix. Nous continuerons à être le syndicat de tous les salariés et à lutter pour notre vision de l’émancipation humaine !

Ah, à propos... Le site de la CGT, vous savez, http://cgt.fr, est de nouveau accessible depuis AREVAnet. Il y a quelques semaines, il ne l’était plus, et était le seul des sites des Organisations Syndicales à être bloqué. Nous avons averti la direction dans un mail que le tract ci-dessous reproduit. Cette fois, il semble que le problème technique qui vous empêchait de vous informer chez nous ait été trouvé et résolu.

mardi 25 avril 2017
par  Mutos

La CGT porte la voix des salariés d’AREVA devant l’Agence de Participation de l’Etat

L’Agence de la Participation de l’Etat est, comme son nom peut le laisser supposer, l’organisme par le biais duquel l’Etat contrôle les entreprises dans lesquelles il détient des participations. C’est donc cette agence qui est à la manoeuvre lors des restructurations du Groupe AREVA, pour porter la voix de l’Etat.

C’est pourquoi la CGT a souhaité rencontrer l’APE afin de faire le point sur la restructuration du Groupe AREVA et porter les inquiètudes et les espoirs des salariés du Groupe.

Nous avons évoqué les ambiguités du processus de restructuration, les retards de la recapitalisation, le rachat compliqué d’AREVA NP par EDF, la création de la JV NICE, et enfin, dernier mais non des moindres sujets, les ravages du PDV sur la santé fragile de l’entreprise, par le double biais de la perte de compétences clés et du sous-effectif des équipes, maintenant critique sur nombre de sites.

L’APE a reconnu que depuis 2 ans, l’aspect social n’a été que peu suivi par ses services et qu’il était nécessaire de faire un point complet lors d’un CA AREVA à l’automne sur la réalité des départs.