Les Négociations salariales débutent

Chez Areva TA la CGT à l’offensive
mercredi 10 octobre 2007
par  Coordonnateur
popularité : 41%

La première réunion de négociation annuelle obligatoire aura lieu le mardi 16 octobre à Saclay.
Les principaux thèmes abordés sont le temps de travail et les mesures salariales qui seront appliquées
en janvier 2008. Que peuvent en attendre les salariés ? Comme chaque année à pareille époque, la
CGT TA dresse un état des lieux de la situation de notre entreprise, et vous fait part de ses propositions
en la matière.

Lors de la NAO 2006, la Direction Générale avait mis en avant les incertitudes pesant sur la signature du
contrat BARRACUDA et celles liées à l’évolution de l’activité de TA à l’échelle du Plan d’Action
Stratégique (baisse significative de l’activité PN, compensée par l’ingénierie hors PN et le transport) pour
justifier une politique d’austérité salariale, « au nom de la prudence et pour ne pas mettre en danger la
société… ».
Cette année, la DG devra trouver un autre argument : le contrat BARRACUDA a été signé ; le carnet de
commandes est plus qu‘étoffé, offrant une lisibilité à plusieurs années dont peu d‘entreprises peuvent se
prévaloir ; le volume d‘activité PN baisse moins vite que prévu et les perspectives hors PN sont bonnes,
notamment au niveau de l‘UA5 ; quant à l‘activité transport, devant les doutes du CCE, le PDG se
montre rassurant et rappelle que compte tenu du marché existant, TA tirera forcément son épingle du
jeu.

Au niveau de l’activité et de la charge, les perspectives sont donc bonnes. Que dire des indicateurs
économiques ? L’année 2006 avait permis de battre tous les records de profitabilité (avec un Résultat
Opérationnel sur Chiffre d’Affaires (ROP sur CA) égal à 8,6%). L’année 2007 s’annonçait « noire », avec
un ROP de « seulement » 6% du chiffre d’affaires… Et l’objectif de revenir progressivement à une
rentabilité à 7% au terme du Plan d’Action Stratégique (PAS), en 2011.

Situation d’AREVA TA à date : et les salariés dans tout ça ?
Les salariés ont bien évidemment joué un rôle fondamental dans ces bons résultats. Les statistiques du
temps de travail le montrent. La Direction n’est guère prolixe sur le sujet, voire essaie de minimiser
certains indicateurs. Pourtant, le constat est accablant : à l’heure où on parle de travailler plus pour
gagner plus, les salariés TA travaillent plus pour gagner autant. Pour faire face à la surcharge chronique,
compenser le blocage des embauches jusqu’à mi-2007 et la réduction des effectifs fonctionnels (ce qui
conduit les opérationnels à devoir assumer nombre de tâches administratives), le temps de travail
moyen d‘un salarié TA va bien au delà des 1597 heures par an. Et ce, depuis plusieurs années déjà…
Par conscience professionnelle, les salariés en sont réduits à épargner de plus en plus de congés ou
RTT. Et tout cela, sans compter les heures illégales réalisées en dehors des plages de travail
réglementaires et qui représentent de 4 à 5% de charge « clandestine » !

Bref, aujourd’hui à TA, les gens travaillent beaucoup, produisent des richesses… mais n’en voient que
trop peu les fruits : 3,2% d‘avancement moyen en janvier 2006 (1.5% en maintien du pouvoir d’achat et
1.7% en avancement), puis 3,5% en janvier 2007... Alors que dans le même temps, l’entreprise
dégageait un résultat opérationnel – exprimé en pourcentage du chiffre d’affaires – de 7.8 en 2005 puis
8.6 en 2006, avec des bénéfices record immédiatement remontés chez AREVA sous forme de
dividendes.

Nos revendications salariales en vue de la NAO :
Cette année encore, et pour la dernière fois, l’accord salarial pluriannuel signé fin 2004 viendra garantir
des minima en terme de mesures salariales :
􀁹 1,5% minimum en mesures collectives ;
􀁹 1,2% au delà de l’inflation en mesures globales ;
􀁹 Des mesures spécifiques pour traiter les cas de discrimination homme/femme.
L’inflation mesurée par l’INSEE sur les 12 derniers mois reste faible (de l’ordre de 1,5%), et bien plus
faible que celle réellement perçue par les Français. L’application de l’accord pluriannuel offre donc des
garanties minimales (2,7% en mesures globales) qui restent faibles eu égard à la situation très favorable
de l’entreprise

Relancer la politique salariale à TA, c’est investir pour le futur et s’assurer des lendemains qui chantent.
C’est également un moyen efficace pour pérenniser les compétences à TA et résister aux sirènes de la
concurrence qui s’organisent aux dires de la Direction. Pour toutes ces bonnes raisons, la CGT TA
demande les mesures suivantes :
􀁹 1,7% en mesures générales pour tous, au titre du maintien du pouvoir d’achat,
􀁹 Une mesure salariale uniforme de 50€ par salarié, en récompense des efforts exceptionnels
réalisés ces dernières années,
􀁹 Des mesures individuelles équivalentes à 2,5% de la masse salariale, niveau minimum

permettant d’assurer un développement de carrière « correct » pour tous, jeunes et séniors.
La CGT veillera par ailleurs à la bonne application des engagements pris en faveur de l’égalité
homme/femme.
Enfin, dans un souci de pérenniser le dialogue social à TA, la CGT reste favorable à la signature d’un
accord pluriannuel offrant aux salariés des garanties minimales. Ce type d’accord ne peut qu’apporter
une motivation supplémentaire aux salariés et renforcer leur attachement à l’entreprise.
C’est sur ces bases « volontaristes » que la CGT TA entend aborder les réunions de NAO.