La CGT PNS refuse de signer l’accord sur le temps de travail

Le 23 janvier la CGT a rendu sa réponse c’est non !
lundi 26 janvier 2009
par  Coordonnateur
popularité : 14%

Le 17/12/2008, lors de la 3eme réunion, la direction, après le refus de toutes les OS du projet d’accord n°4 décide d’arrêter les négociations à 16h30 et à 17h elle retient hors réunion les 2 OS signataires d’aujourd’hui.

LES FAITS

Il en découle un projet n°5 que toutes les OS reçoivent par mail le 19/12.

La CGT réagit en envoyant un contre projet de 9 pages qui permet de réaliser une annualisation sans être à la disposition de l’employeur 24h/24 et 7 jours/7, économiquement réalisable et suffisamment bordé pour éviter toutes les dérives que l’on connaît tous.
En réponse à la CGT, la direction réagit en transformant l’accord finissant le 31/12/2008 en note de service applicable au 01 janvier 2009 et déjà avec des écarts que certains ont subis (moins de 10 jours de travail dans le mois, coups de téléphone au domicile pour dire de rester chez soi parce qu’il n’y à pas de travail correspondant aux compétences requises….)

Puis la direction fidèle à sa stratégie impose un CE extraordinaire le 9 janvier pour présenter aux élus la dite note de service sur l’accord du temps de travail. Un PV de carence est aussitôt établi pour absence d’élus non excusés sauf votre représentant CGT qui apparaît, après relance, comme excusé.

La direction impose ensuite 3 réunions de suite les 22 et 23 janvier. NAO le 22 (devenu réunion d’information) négo 35h et CE le 23.

Le 23 janvier au matin, 2 OS, dont 1 qui part seule avec la direction faire des modifications, signent la 6 ème proposition (a peine différente de la 5 ème) même après avoir entendu que la direction ne faisait pas confiance aux salariés sur le temps passé entre la badgeuse et leur présence devant le chef d’équipe.

L’après-midi, l’accord signé par ces 2 OS entre les mains, la direction en CE fait son méa-culpa en parlant de dysfonctionnement sur les éléments suivant :
38 salariés (dont certains qui touchent la prime sur objectifs) ont dépassés les 130 h au 31/12/2008.

Environ 10 salariés n’ont pas travaillé au minimum 10 jours entre le 17/12/2008 et le 16/01/2009 et que certains d’entre nous se retrouveront en annu négatif jusqu’à –200h ……….

Bonjour le respect des accords !!!!!!!

LES POINTS DE DESACCORD DE LA CGT PNS

  • Il est hors de question que à travers un accord signé par 2 OS que la direction achète les congés payés par une prime insignifiante même si ils parlent de volontariat dont on connaît le sens qu’ils donnent à ce mot.
  • Malgré une réponse à l’audience DP globale du 16/12/2008 les congés payés n’appartiennent pas et ne sont pas au bon vouloir de la direction.
  • Un salarié n’est pas à la disposition de son employeur 24h/24 et 7jours/ 7.
  • On ne doit pas planifier les activités d’un salarié par simple coup de téléphone et récompenser les bons petits soldats par des primes arbitraires suivant l’humeur du responsable hiérarchique.
  • C’est le salarié qui a un contrat de travail avec son employeur et non pas sa famille : voir les nouveaux contrats d’embauche PNS.
  • Toutes les heures supplémentaires même dans le cas d’une annualisation doivent être payées en fin de mois et non pas en fin d’année.
  • Les délais de prévenance ne s’achètent pas avec des primes, il s’agit simplement d’un problème d’organisation.

On ne maintient pas la pression sur un salarié en lui faisant croire qu’il est redevable avec un compteur d’annu négatif excessif.

Toutes les catégories de salariés doivent respecter les accords, même ceux qui valident les pointages : voir les pointages de certains qui montent des astreintes de décision.

  • Un salaire décent n’est pas un salaire gonflé avec des primes.

Fidèle à ses convictions le 23/01/2009 à GIF/YVETTE , la CGT PNS ne vous a pas engagé sur un accord d’annualisation de 3 ans alors que la direction ne s’engage pas à fournir du travail pour TOUS ses salariés sur 3ans :
Voir la situation des agents PNS du val de Loire aujourd’hui et peut-être nous tous demain.