L’administrateur s’étonne de l’absence de décision sur les investissements

Déclaration de Gérard Melet, membre élu CGT au Conseil de Surveillance d’AREVA
jeudi 5 février 2009
par  Coordonnateur
popularité : 32%

Budget prévisionnel 2009 d’AREVA :
L’approbation du projet de budget 2009 présenté ce jour est un reniement.
Comment un Groupe comme AREVA se verrait attribuer un budget sans tenir compte des 3,2Md€ d’investissements prévus dans le Plan Actions Stratégique. Ce même Plan d’Actions Stratégique, rappelons-nous, a été approuvé à l’unanimité par le Conseil de Surveillance.

Déjà lors du vote du budget 2008, alors que ce même jour le PAS avait été voté préalablement, l’Etat Actionnaire imposait une baisse drastique sur les investissements prévus. La CGT s’était opposée à cette dérive pour le moins surprenante et dénonçait l’ambiguïté portée par l’Etat.

Le projet de budget 2009 retoqué à la surprise générale le 18 décembre 2008, démontre l’impéritie de la gouvernance d’entreprise et de ses actionnaires qui n’assument pas leurs responsabilités en refusant à AREVA les moyens de concrétiser sa stratégie. Notamment de pouvoir conforter et accentuer l’avance de son modèle intégré vis-à-vis de ses principaux concurrents.

Quelles conséquences aura cette situation inédite sur AREVA, l’emploi ? Jusqu’à quand cela va perdurer. Au final, cela va t-il générer le gel, le décalage voire la remise en cause de ces investissements. Dans le contexte de crise financière, de crise économique mondiale, ces investissements concernent 10 000 emplois directs en France.

Les besoins d’AREVA en capitaux propres sont connus de longue date, et ne sont donc une surprise pour personne parmi les membres du Conseil de Surveillance, les actionnaires, dont principalement l’Etat.

L’entreprise AREVA et ses salariés ne peuvent vivre dans de telles incertitudes, dont de toute évidence les conséquences leurs seront néfastes.

L’Etat impose arbitrairement et sans plus de raisons à AREVA un niveau de cash-flow supplémentaires et une réduction de coûts importante. Cela ne peut qu’aller contre l’emploi et les conditions de travail en cette période de crise.

Nous sommes très éloignés de l’esprit et de la lettre d’un plan de relance digne de ce nom. A contrario, pour les intérêts sociaux, industriels et économiques d’AREVA, l’Etat par son attitude appuie sur le frein en cette période crise.

La CGT votera donc défavorablement ce projet de budget 2009.