DES RESULTATS FINANCIERS QUI EXPLOSENT ! AREVA TD VEUT NOUS FAIRE PAYER LA NOTE !

Chez AREVA TD Mâcon nous ne nous laisserons pas faire
mercredi 18 mars 2009
par  Coordonnateur
popularité : 28%

Nous avons connaissance de ces résultats, malheureusement nous ne pouvons vous les communiquer avant la fin du mois de mars sous peine d’être poursuivi en justice par la direction.
Nous pouvons néanmoins vous dire que les 60 millions de 2007 sont littéralement explosés !
Nous pouvons aussi vous dire que la part de ces résultats qui sera versée sous forme de dividendes aux actionnaires sera également très très très très importante !
C’est dans ce contexte que la direction générale et plus particulièrement celle de Mâcon entend faire payer la note de la crise aux salariés de l’entreprise.

Crise dont le groupe Areva, comme les autres, porte sa part de responsabilités.

Déjà les jeunes intérimaires qui travaillent à nos côtés depuis des mois se sont vus « remercier », ou risque de l’être, « pour les plus chanceux » d’ici quelques semaines.

Déjà nous avons vu baisser notre prime d’intéressement de près de 300€ en moyenne par rapport à l’année précédente ! Et la direction entend nous culpabiliser encore davantage en voulant incorporer un critère lié à la sécurité dans le nouveau calcul. Cela n’est pas innocent ! Elle sait qu’elle va détériorer encore davantage nos conditions de travail !

Déjà les salariés qui travaillaient en équipes ont perdu du pouvoir d’achat avec le passage de 3X8 en 2X8 ou de 2X8 en journée. La situation ayant pu être pire si la CGT n’avait pas bataillée ferme lors du CE de décembre dernier pour maintenir et améliorer une dégressivité des primes d’équipes sur 3 mois que la direction voulait supprimer.

Déjà les salariés en équipes de St Cyr se sont vu imposer 9 jours de RTT direction dont ils bénéficient (le 10ème c’est pour le 20/04). La direction faisant fi de l’accord sur le temps de travail qui leur permet de pouvoir prendre 2 de ces 10 jours sous forme de bons de sortie. Les salariés du FBX seront bientôt dans la même situation puisque la direction lors du CE de vendredi a annoncé le positionnement des 3 derniers JRTT direction pour les 3, 10 et 17/04.

MAIS POUR LA DIRECTION CELA NE SUFFIT PAS, LORS DU MEME CE DE VENDREDI ELLE ANNONCE L’IMPOSITION TRES PROBABLE DE 4 JOURS DE CONGES PAYES EN SEMAINE 16 OU 18 POUR LES SECTEURS SUIVANTS : ST CYR/ ATELIER FBX/ SERVICES SUPPORT, concernant les services supports nous avons demandé à la direction ce qu’elle englobait. Selon ses informations il s’agirait des services RH, qualité et finances. Nous précisons que nous n’avons pas pour autant la certitude que les autres secteurs « seraient épargnés ». Par exemple la direction réfléchit pour la logistique et aussi pour les Contrats et Etudes.
Concernant les activités primaire et modulaire elles ne sont pour l’instant « pas touchées » par ces dispositions, mais nous craignons un décalage dans le temps.
Nous sommes donc tous concernés.

PRECISION IMPORTANTE : Si la direction confirme l’imposition des 4 jours de CP en avril, qui est en dehors de la période légale, vous devez savoir que la loi l’oblige à donner au moins 1 jour de congés supplémentaire de fractionnement.

Bien évidement la question que tout le monde se pose est de savoir jusqu’à quand cette situation va-t-elle durer ?
Il ne s’agit pas ici de nier la situation, néanmoins nous sommes en droit de nous interroger et de contester un grand nombre de choix, par exemple :

  • Pouvons-nous accepter de voir délocaliser une de nos chaînes de montage (BASIC KIT VISAX) alors que la charge s’effondre ? Sur le sujet nous allons proposer aux autres organisations une initiative.
  • Pouvons-nous accepter de voir la direction accentuer la sous-traitance, notamment concernant le câblage, comme cela semble être le cas sur de nouvelles affaires importantes ?
  • Pouvons-nous accepter, comme l’a judicieusement soulevé un élu CFE-CGC, que des commandes à l’export qui selon le découpage de la direction de T&D devraient nous revenir, soient faites par d’autres pays comme l’Inde ? Exemple une commande pour l’Ethiopie. Nous ne contestons pas la nécessité pour tous les peuples de pouvoir vivre de leur travail, mais nous savons que la seule chose qui intéresse Areva en la matière n’est pas d’augmenter le niveau de vie des Indiens mais bien de profiter de la quasi absence de droits sociaux. Les valeurs d’Areva c’est quelque chose quand même ! A ce train là nous n’aurons bientôt plus de commande !
  • Pouvons nous accepter que la direction bloque 2 semaines de congés cet été et 1 en décembre alors qu’elle risque de nous imposer des CP en avril et peut être si la situation perdurait, les mois suivants… Nous devons remettre en cause ces fermetures qui n’ont aucun sens industriel et qui dans le contexte sont scandaleuses !
  • Pouvons nous accepter que la direction nous impose de venir travailler gratuitement le Lundi de Pentecôte et bénéficie de la production de la journée ? Alors que dans le même temps elle nous impose des CP, que des salariés en équipe perdent de l’argent et que peut être nous aurons à subir dans l’année du chômage partiel ? C’était déjà inacceptable les années précédentes (voir nos appels à la grève), mais cette année n’est ce pas pire ? La direction (seule pour l’instant) a demandé l’ouverture de discussion sur le sujet.

LA CGT A DONC CONTESTE MAIS A AUSSI ETE FORCE DE PROPOSITION !

(Nous sommes d’ailleurs la seule organisation syndicale à avoir avancé des propositions)

Tout d’abord la CGT propose que l’on mette en place un système solidaire. Mais pas une solidarité qui revient à nous partager entre nous la misère comme l’avance dangereusement certains représentants du personnel.
Non, une solidarité qui oblige la direction également à participer et à assumer ses responsabilités sociales.
Comme nous l’avons dit en 1ère page les résultats de T&D SA sont excellents ! Nous vous les donneront dès que nous pourrons légalement le faire. Ces résultats sont le fruit du travail des salariés. Or dans le même temps où elle s’apprête à distribuer des dizaines de millions d’euros sous forme de dividende, elle impose des sacrifices uniquement au personnel.

1) Nous proposons donc dans un 1er temps que la direction finance une partie des jours de congés qui pourraient nous être imposés. Cela ne la ferait pas boiter et en l’occurrence il s’agirait là d’une vraie solidarité !

2) L’imposition de jours de CP risque de pénaliser financièrement de nombreux salariés et le Comité d’Etablissement par d’éventuelles annulations de locations, où de voyages. La aussi ce n’est ni aux salariés ni au comité de supporter les possibles coûts financiers.

3) Nous avons proposé que les salariés intéressés pour suivre un DIF (Droit Individuel à la Formation) puissent le faire sur leur temps de travail.

4) Nous avons demandé à la direction que l’entreprise soit ouverte les 22 mai et 13 juillet. Ainsi libre à chacun de prendre ou pas les 2 JRTT ponts positionnés. Les salariés qui viendraient travailler ces 2 dates pourraient ainsi récupérer s’ils le souhaitent ces 2 JRTT et les prendre à la place de jours de congés éventuellement imposés au long de l’année.

Si nous voulons que ces propositions « soient entendues » par la direction
il va falloir que le personnel s’en empare !

Vous l’aurez compris la direction nous prépare un avenir bien sombre, parsemés de nombreux sacrifices et souffrances.
Pour la CGT l’attaque est du niveau de celle de 2002.
La situation risque de se dégrader, accentuée par les choix dangereux de la direction.
A noter heureusement que notre organisation était intervenue très vigoureusement en décembre dernier contre le projet de la direction de mise en place de modulation basse. Nous nous demandions à l’époque quand la période haute pourrait être effectuée. Nos craintes sont confirmées aujourd’hui…Nous rappelons que s’il n’y a pas de période haute pour compenser la basse, l’employeur peut imposer du chômage partiel…
De plus nous avons d’importantes inquiétudes sur l’atelier de moulage de St Cyr, où la direction envisage de passer les salariés de 3X8 en 2X8.
Croyez nous, et tant pis pour ceux qui ne nous croiront pas, mais nous avons nettement senti lors du CE que la direction craignait la colère et l’intervention des salariés.
Dans ce contexte, la journée d’action interprofessionnelle de jeudi prochain prend un relief particulier.
A l’initiative de notre organisation une rencontre intersyndicale a eu lieu jeudi dernier. A nouveau l’appel à l’action sera unitaire, nous nous en félicitons ! Vous aurez les modalités à midi aujourd’hui.
Le 29 janvier dernier 217 salariés de l’usine avaient cessé le travail et au moins 100 avaient participé à la manifestation.
Nous devons encore être plus nombreux, la crise, leur crise, n’est pas une fatalité !

N’acceptons pas l’inacceptable ! Luttons et imposons d’autres choix !