FCI Mantes en grève depuis 4 semaines

N’ayez pas peur, ayez confiance, c’est un fonds industriel et votre management qui vous rachéte...
vendredi 20 mars 2009
par  Coordonnateur
popularité : 28%

C’était le temps des promesses, l’accord passé entre AREVA et BAIN Caïman a perduré les 3 ans nécessaires pour qu’il n’y ait pas parjure de l’entreprise AREVA, Publique à 95%. On entend encore l’écho des promesses et les assurances alors que nous doutions du portage par Bain Capital. Comme quoi il faut toujours douter, même des signatures « honorables »

C’était en Septembre 2005 dans « le courrier de Mantes »

Les pratiques sociales des Américains et leur goût pour les hauts taux de rendement des investissements ne sont pas pour rassurer les salariés. « Dans le contrat passé entre Areva et Bain Capital, il existe des clauses pour maintenir l’équipe dirigeante du groupe FCI, continuer les politiques et les pratiques sociales en vigueur et garder les sites français ouverts pendant un minimum de trois ans. Cela s’apparente plus à acheter la paix sociale car un conflit aurait pu porter atteinte au groupe Areva et à la transaction. Nous n’avons aucune garantie concernant l’emploi car le maintien de l’activité ne veut pas dire qu’il n’y aura pas de plan social ou de restructuration », déclarent les délégués syndicaux. Avant d’ajouter : « Mais il n’y a pas que les emplois de FCI Microconnections qui sont menacés car nous faisons vivre beaucoup de sous-traitants dans le Mantois ».

Déjà inquiets de la création par AREVA à l’époque d’un site « Localisé » et concurrent à Singapour, les salariés FCI de Mantes La Jolie voient leurs craintes confirmées.

EN GREVE DEPUIS 4 SEMAINES, UNE DIRECTION AUX ABONNES ABSENTS

Sous le coup d’une mesure d’expulsion de l’usine, les 200 grèvistes, ne demandent que l’assurance du maintien au delà de 2009, et un rééquilibrage, de la production sur Mantes. La direction a choisi une politique de marges en préférant la délocalisation de plus de volumes à Singapoor. La direction qui a déserté le site a obtenu un jugement d’expulsion et l’assignation de 15 salariés au tribunal de Versailles ce vendredi 20 mars 2009.

Pour FCI Bain Capitalisé, les risques pésent à également pour Besançon et Epernon.

Voilà qui rend les salariés du Groupe AREVA dubitatifs et méfiants quand on leur parle de cession d’actifs. Les salariés ne veulent pas avoir le profil de l’actif cédé.