CCE AREVA TD du 11 janvier 2010

Avis des élus du CCE et des Organisations Syndicales sur le projet de session d’Areva T&D au consortium Alstom Schneider.
mardi 12 janvier 2010
par  Coordonnateur
popularité : 33%

Comme les élus du CCE l’ont répété plusieurs fois, en prenant la décision de vendre AREVA T&D au consortium Alstom/Schneider, en ne tenant aucun compte de l’avis négatif exprimé à plusieurs reprises par les salariés d’Areva T&D et l’avis unanime exprimé par les élus français et européens et les organisations syndicales tant nationales qu’européennes, l’Etat a pris une décision dangereuse et inefficace pour AREVA car si elle va améliorer à court terme la trésorerie du Groupe, elle va fortement réduire sa capacité à générer des résultats et de la trésorerie.

Cette décision est dangereuse industriellement et socialement pour T&D mais également pour les salariés d’Alstom, de Schneider et d’Areva.
Cette attitude, ce mépris des représentants du personnel, augurent mal du résultat des états généraux de l’industrie proposés par le chef de l’Etat.

De plus, la scission envisagée de T&D par les repreneurs est porteuse de risques majeurs pour les activités composant Areva T&D aujourd’hui :

  • Risques industriels portés par les doublons de nombreuses unités de production mais aussi risques sociaux découlant des nombreux arbitrages qui vont être effectués dans les activités support : finances, informatiques, RH, etc.
  • Risques portés par les choix technologiques qui seront effectués entre une technologie AREVA et une technologie Schneider par exemple.
  • Risques de dégradation des performances commerciales notamment pour les projets regroupant des solutions Haute et Moyenne Tensions ; la plupart des clients préféreront s’adresser à un fournisseur unique.
  • Risques également d’une volonté de retour sur investissement rapide des deux repreneurs conduisant à une recherche d’économie d’Investissements et/ou de Recherche & Développement. Alors même que les investissements à réaliser, les moyens à déployer en Recherche et Développement se doivent d’être à la hauteur des enjeux majeurs que sont l’amélioration de l’efficacité des réseaux électriques et la lutte contre le réchauffement climatique.

Le choix effectué du consortium Alstom/Schneider comme repreneur, la scission d’Areva T&D envisagée, les risques industriels et commerciaux prévisibles sont tous porteurs de graves menaces pour l’emploi des 5 500 salariés en France et des 31 000 salariés d’Areva T&D dans le monde.

Les garanties sociales apportées par Alstom et Schneider, si elles restent à préciser, sont assorties d’une condition inacceptable qui subordonne l’inexistence de plans sociaux, de restructurations à l’absence de dégradations significatives des conditions économiques… L’existence d’une telle réserve dans un contexte de crise économique mondiale nous fait douter fortement de la volonté des repreneurs de garantir l’emploi et l’existence des sites européens pendant 3 ans.
En conséquence les élus et organisations syndicales d’Areva T&D SAS émettent un avis défavorable au projet de cession d’Areva T&D au consortium Alstom Schneider. Ils sont déterminés à suivre le processus d’intégration avec l’aide de leurs experts.