Déclaration CGT lors du Comité de Groupe France du 6 mars 2015

vendredi 6 mars 2015
par  Coordonnateur, Mutos
popularité : 33%

Monsieur le président,

La direction d’AREVA vient d’annoncer les résultats 2014. Comme l’on pouvait s’en douter ceux-ci sont mauvais, mais la direction après avoir été dans le déni complet noircit volontairement la réalité.

Les 4,9 milliards de perte annoncées par la direction incluent des provisions pour risques et des dépréciations d’actifs. La réalité des pertes est de 1,1 milliard.

Découle de l’analyse de la direction la mise en place d’un plan dit de transformation qui n’est autre qu’un plan de casse industrielle et sociale sans précédent dans l’histoire du groupe.

Loin de répondre aux besoins de développement, ce plan ne vise qu’à adapter encore davantage l’entreprise à une vision à court terme uniquement destinée à rassurer les marchés, et sans rapport avec la réalité de nos activités et les exigences de sûreté et de sécurité mis en évidence avec l’accident de Fukushima.

Pour la CGT, ce plan inclut aussi un risque d’accélération du transfert des activités du cœur de métier d’AREVA vers la chine au détriment de l’emploi industriel sur le territoire national

La lecture des mesures préconisées pour combler un déficit récurent déclenche colère et incompréhension du personnel. Les salariés qui connaissent le terrain opérationnel mieux que personne ont déjà pu apprécier à quel point ces recettes conduisent le groupe dans une spirale infernale :

Pour la CGT un nouveau recentrage sur le cœur de métier, ne fait sens, que si celui-ci s’appuie sur une véritable vision et stratégie industrielle, permettant la pérennité et le développement du groupe dans son modèle intégré et dans nos territoires.
Pour la CGT, de nouvelles cessions d’activités ne permettront pas de régler la problématique financière du groupe. Celles, nombreuses, déjà opérées démontrent s’il en était encore besoin, leur inefficacité.
De même les sacrifices sociaux en préparation, ne serviront qu’à affaiblir les salariés et par conséquent le groupe AREVA.
La CGT vous met en garde contre toute velléité de remise en cause des statuts et acquis sociaux des salariés.
Les mesures envisagées, ressemblent trait pour trait aux bonnes vielles recettes ayant largement prouvées leur inefficacité dans d’autres entreprises industrielles.

La poursuite du gel des recrutements, entraîne la non transmission des compétences et savoirs faire, faisant peser un risque majeur sur nos activités.

Nous sommes à un tournant majeur pour l’avenir du groupe et de la filière nucléaire.

Face à cette situation l’état doit prendre ses responsabilités et recapitaliser sans attendre AREVA.

Il doit également travailler sur une structuration de la filière sur le territoire.

Pour la CGT les enjeux dépassent l’avenir du seul groupe AREVA. Il s’agit de l’avenir de la filière nucléaire dans toutes ses composantes.

Union des Syndicats CGT du Groupe AREVA - le 6 Mars 2015