La première séance a eu lieu

confrontation des positions
mardi 30 octobre 2007
par  Coordonnateur
popularité : 27%

La réunion ne pouvait commencer sans que soit évoqué le cas de notre camarade Luc Lainé victime du conflit salarial 2007 sur La Hague

Le ministère du travail accepte le licenciement du secrétaire général CGT de la Hague
Le 26 Octobre, le ministère du travail a décidé de contredire la décision de la direction départementale de la Manche et d’accepter le licenciement de Luc LAINE.

Cette décision est très surprenante. Elle ne reflète en rien le dossier mais bien une volonté politique d’élimination de toute forme de résistance.

AREVA a donc tué socialement notre camarade. Contrairement aux affirmations de la direction, Luc LAINE n’a rien fait qui mérite le licenciement. Il est la victime toute désignée d’une volonté de faire taire la CGT. La représentation des salariés doit prendre acte de cette nouvelle manière de gérer le rapport social dans notre entreprise.
Les organisations syndicales (CFDT-FO-CFTC-SPAEN-CFE/CGC) présentes à la réunion de négociation sur les salaires, ont dénoncé une procédure disproportionnée.

Les propositions de la CGT pour les salaires 2008

 Augmentation générale 2008 de 3,5% avec un talon de 70€
 Augmentation générale en rattrapage de 2007 de 10€ mensuel uniforme
 Point prime : augmentation du double du pourcentage de l’augmentation générale (soit selon la proposition CGT : 3,5% X2 = 7%)
 Déplafonnement de l’ancienneté : la CGT propose qu’après 15 ans, on prenne 1% tous les 5 ans échus. Soit passage à 16% après 20 ans d’ancienneté et 17% après 25 ans…
 1,7% pour les augmentations individuelles pour les mensuels identiques aux cadres. Mise en place de règles claires pour l’obtention d’avancement.

 Indexation de la prime de panier sur le SMIC horaire
 Contrat de professionnalisation : rémunéré en fonction du salaire minimum AREVA NC
 IK : augmentation de 30% car la dernière revalorisation date de 2005
 Missions : revalorisation des montants alloués pour les repas et nuits d’hôtels
 Budget Egalité Professionnel de 0,05%

Les propositions de la direction

 1,7% Augmentation générale au 1er janvier

 1,1% Augmentation individuelle

 0,4% Ancienneté

 3,2% Pour les ingénieurs et cadres

2007 ne se reproduira pas.
La direction signera en premier l’accord salarial 2008. Elle espère un accord majoritaire mais acceptera un accord minoritaire s’il n’est pas signé uniquement par un syndicat catégoriel.

Réponse de la direction aux demandes CGT
NON pour l’essentiel et ON VA VOIR pour le reste…

Même la direction ne défend plus l’indice INSEE (mais le prend en référence…)
La CGT est intervenue longuement pour dénoncer le manque de crédibilité de l’indice INSEE. La direction le reconnaît à demi-mot mais indique que ses propositions en matière d’augmentations générales n’ont pas pour but de compenser le coût de la vie mais sont issues d’une stratégie d’entreprise.

L’indice INSEE ne reflète pas le coût de la vie
(92,1% des salariés consultés par la CGT le pensent)

La CGT a commenté l’indice INSEE qui est loin de représenter la réalité du coût de la vie, en indiquant qu’on ne pouvait retenir cet indicateur pour revaloriser les salaires. C’est pourtant l’indice INSEE hors tabac qui est retenu par la direction et sur lequel elle s’appuie en faisant remarquer aux organisations syndicales « Regarder, on fait mieux que l’indice », et pour cause !

La CGT a argumenté que le loyer, par exemple, pèse à hauteur de 6,1% dans les dépenses types. Alors qu’en réalité, de nombreux ménages y consacrent 30%, voire plus, de leurs ressources. Du coup, l’impact des hausses de loyers (un rythme annuel de 4,6% depuis 2000 selon la FNAIM) se trouve minimisé.
Dans le même ordre de dépenses incompressibles : il y a le chauffage et quelque soit le combustible, les hausses sont importantes, de l’ordre de 5% l’an ces cinq dernières années, également, les impôts locaux, et fonciers (pour les propriétaires), qui ont subi respectivement des augmentations de 24 et 29% depuis 2002, sachant que l’indice INSEE ne les retient pas dans son calcul, une aberration !!!

En ne reprenant que ces trois éléments que sont le loyer, le chauffage et les impôts locaux, ils pèsent entre 35 et 45% des ressources du foyer selon le sondage que nous avons effectué auprès des salariés de l’entreprise.

La moyenne des hausses, au cours des cinq dernières années, sur ces trois éléments de dépenses a été de l’ordre de 5%. En admettant que le reste des postes de dépenses est augmenté de 2% seulement, l’augmentation globale du coût de la vie serait de l’ordre de 3 à 3,5% l’an ces cinq dernières années.

Ce chiffre est certainement plus proche de la réalité que celui annoncé par l’INSEE. Chacun pourra remarquer (voir le tableau ci-joint) également que l’indice 2007 retient 6,6% pour les dépenses d’hôtellerie, cafés et restauration (plus que le loyer !!!) et seulement 0,2% pour l’éducation.


Voir le texte intégral en piéce jointe


Documents joints

PDF - 36.2 ko
PDF - 36.2 ko