Négociation salariale annuelle chez AREVA TD

La CGT exprime ses revendications, l’unité syndicale fait défaut
samedi 10 novembre 2007
par  Coordonnateur
popularité : 40%

En réunion préparatoire, la CGT a proposé aux autres organisations syndicales d’établir une plate-forme commune pour faire bloc face à la direction. Avant même d’évoquer le contenu que pourrait avoir cette plate-forme, les quatre autres organisations syndicales ont refusé cette initiative, certains la jugeant trop en amont des négociations, d’autres inutile.
La CGT reste convaincue que l’unité syndicale, souhaitée par les salariés, reste le meilleur moyen pour contrer la direction. Elle regrette le rejet exprimé par les autres organisations.
Pour les NAO 2007, tous les syndicats avaient défendu fermement une plate-forme commune qui avait mis en difficulté la direction générale et permis une meilleure revalorisation des salaires.

REUNION PLENIERE
En préambule à cette réunion de négociation, nous avons tenu à faire une intervention concernant le licenciement confirmé de notre camarade Luc Lainé. En effet suite à la validation par le ministère du travail de la demande de licenciement de Luc, nous ne pouvons que nous indigner de la volonté qu’a mis la direction du groupe AREVA à casser notre camarade. Par cette manœuvre c’est la CGT et tous les salariés qui revendiquent, qui sont visés.

La direction nous a présenté la situation économique d’AREVA T&D. Elle est bonne, le marché mondial croît et l’entreprise suit bien ce mouvement positif mais notre DRH apporte un bémol (eh oui c’était trop beau !!!), nous sommes soit disant bien en dessous du taux de marge de nos concurrents.

Le chiffre d’affaire de T&D SA, malgré cette évolution très positive, restera stable mais le résultat net fera une progression spectaculaire en 2007.

Le carnet de commande par contre n’a jamais été aussi bien rempli puisqu’il représente 16 mois d’activité alors qu’en 2006 il était de 10 mois.

Elle nous a ensuite dressé un rapide bilan de l’activité des différents sites : Petit-Quevilly, l’activité s’est bien redressée et est en ligne avec l’objectif, Aix les Bains montre une forte croissance dans tous les secteurs, Fabrègues 15% au dessus du budget, Villeurbanne en ligne avec l’objectif. PEM Massy marge dessous du budget, ERT La Défense en dessous du budget, MACON année encore difficile mais prises de commandes et ventes conforme sau budget mais la rentabilité n’est pas là.

Le résultat en fin d’année sera « légèrement » positif +38 millions d’€ soit près de 8000€ par salarié à comparer avec l’année précédente
(-42 millions d’€ en 2006) (+38 millions d’€ est quelque chose de léger aux yeux de notre direction).

Les effectifs ont quand à eux augmenté : 4549 en 2006 et 4789 en 2007

La direction générale nous a exposé sa vision des négociations.
Elle souhaite un budget avec une approche globale pour T&D SA, dont une plus grande part serait réservée aux augmentations individuelles et la mise en place de l’harmonisation des différentes primes (médailles, subrogations, primes de transport,…)

Nous ne pouvons pas décemment accepter une distribution plus individualisée de l’augmentation, ceci ne peut pas garantir le maintien du pouvoir d’achat de chaque salarié. Suite au diverses augmentations des produits nécessaires à la vie courante, nous devons garder une majeure partie de l’enveloppe pour la redistribuer en augmentation générale pour tous.

A la suite de cette présentation dans laquelle la direction ne nous avance aucune proposition chiffrée, certains syndicats ont souhaité avancer leurs revendications.

La CGT propose les revendications suivantes :

  • une politique salariale identique pour toutes les catégories basée sur une augmentation de la masse salariale de 10% (et garantissant entre autre le maintien du pouvoir d’achat à chaque salarié) avec un minimum de 100 €
  • une enveloppe spécifique pour les bas salaires pour arriver à un salaire de base mini de 1700 euros (x13).
  • une rémunération supérieure au plafond de la Sécurité Sociale pour les ingénieurs et cadres (avec les documents donnés nous ne pouvons pas voir si certains restent en dessous).
  • La prise en charge de la journée de solidarité par l’entreprise
  • Continuer l’embauche des contrats précaires
  • Revalorisation des diverses primes de 10%.
  • Ouverture de négociations en vue de l’harmonisation des primes de transport entre les sites
  • Revalorisation des primes d’ancienneté et fixation de ces primes sur la base de 1% du salaire de base par année de présence dès la 1ère année
  • Révision des classifications pour permettre aux salariés de bénéficier d’une promo au moins tous les 5 ans, avec formation professionnelle si nécessaire.
  • Budget spécifique destiné au rattrapage des établissements les plus bas et à toutes formes de discrimination.
  • Primes de départ en retraite alignées sur les mises à la retraite par l’employeur.
  • Déblocage des carrières des salariés de plus de 40 ans.
  • Uniformisation des dotations aux comités d’établissements sur la plus haute de T&D SA.
  • Respect des salariés et des libertés syndicales.

PROCHAINE REUNION VENDREDI 16 NOVEMBRE EN REGION LYONNAISE


Commentaires  (fermé)