Conférence environnementale : pourquoi la CGT n’y sera pas

mardi 26 avril 2016
par  Mutos
popularité : 40%

Cette 4éme conférence environnementale, qui va se tenir dans un contexte social de puissantes mobilisations, semble, de par son contenu, complètement hors sol avec ce qui se passe dans le pays et les attentes des salariés en matière d’emploi, de services publics et de reconquête industrielle, de progrès social et de réponses environnementales.

Plusieurs grands secteurs liés aux enjeux climatiques et énergétiques sont menacés par des milliers de suppressions d’emplois. Ainsi, l’énergie avec AREVA, EDF, le CEA et Général Electric, le ferroviaire dont la SNCF mais aussi ses industriels, l’environnement avec son Ministère et Météo-France...

Dans la continuité des précédentes conférences et de la COP 21, cette nouvelle conférence risque à nouveau de se terminer par des discours de façade et une grande opération de communication. Dans cette affaire, le gouvernement cherche à redorer son image dans une période où il est au plus mal, tout en voulant se montrer comme « exemplaire » en la matière.

La CGT veut replacer cette conférence dans la « vraie vie » et appelle les salariés à s’en emparer en faisant le lien avec ce qu’ils vivent en ce moment dans leurs entreprises et les revendications qu’ils portent.

C’est pourquoi elle a fait le choix de na pas participer aux tables rondes de cette conférence ainsi qu’ au grand show qui va les précéder à l’ Elysée. Par contre, la CGT a décidé d’y être présente de façon visible et revendicative en organisant une grande distribution du tract joint à tous les participants et aux journalistes tout autour du Palais d’IENA (siège du CESE) où vont se tenir les tables rondes en présence de nombreux ministres.

Le rendez vous est fixé à 12h45 place d’IENA.

PDF - 171.7 ko
Télécharger en PDF le dossier CGT