Malvési : la direction suspend le contrat de salariés en grève pour leur avenir

lundi 6 mars 2017
par  Mutos
popularité : 45%

Le site AREVA NC Malvési à Narbonne (anciennement COMURHEX), assure la première étape de la conversion de l’uranium dans le cycle du combustible.

Actuellement, un changement de procédé est en cours, qui nécessite une mise en place extrêmement compliquée. Or, le Plan de Départs Volontaires a impacté lourdement le site, conduisant à 24% de postes supprimés en 2016.

Le 23 janvier, un préavis de grève a été déposé par la CGT, rejoint le 25 janvier par FO. Nous revendiquons l’arrêt des suppressions d’emploi et du gel des salaires, l’ouverture d’une négociation sur l’évolution de carrière et une compensation de la prime d’intéressement, pour laquelle Malvési est disciminée par rapport aux autres établissements AREVA NC.

La grève est largement suivie. La CGT sollicite la direction maintes fois pour trouver des solutions. Las, celle-ci réplique par une menace de suspension des contrats de travail des salariés en grève.

Le Jeudi 2 Mars 2017 à 20h, les badges sont désactivés et les premier salariés se voient refuser l’accès au site. Ils reçoivent ensuite une lettre de suspension de leur contrat de travail.

Aujourd’hui, c’est clairement le droit de grève qui est menacé. Qu’adviendra-t-il lorsque la direction du groupe va attaquer encore plus fort les statuts collectifs ?

La CGT appelle tous les salariés du groupe AREVA à être solidaires des les salariés d’AREVA NC Malvési.

Aujourd’hui Malvési, demain à qui le tour ?

PDF - 107 ko
Télécharger en PDF le tract CGT AREVA


La situation à Malvési sur le site de l’UGICT