Le sous traitement des salariés du groupe en sous traitance chez EDF

2,8 % d’augmentation en 3 ans chez Polinorsud filiale AREVA
mercredi 6 février 2008
par  Coordonnateur
popularité : 13%

C’est connu dans le groupe depuis des annnées, la travail formidable des équipes de la BUA (Business Unit Assainissement) au service principalement d’EDF plus grand sous-traiteur national, n’est pas reconnu. Chez Polinorsud y en a marre ! Trois syndicats de l’entreprise ( CGT - CFDT - FO ) iront sur chaque site EDF à la rencontre des salariés pour faire monter la pression.

2005 : 1,3% d’augmentation générale
2006 : 0,5% d’augmentation générale
2007 : 1,0% d’augmentation générale

Cela ne peux plus durer !!!

L’augmentation du coût de la vie sur l’alimentation générale en 2007 a été de 3,5%,

Les salariés POLINORSUD ont obtenus 2,8% d’augmentation en 3 ans.

Celà fait trois ans que ça dure, éprouvés par les réorganisations en plaque, en PGAC (prestations globales d’assistance chantier), modèles EDF qui font fi de la dimension sociale et qui nous dit-on sont des passages imposés, les salariés en ont marre.

Chaque négociation salariale est le prétexte à l’étalage de bilans d’entreprises calamiteux pour chacune des filiales du sous groupe STMI, la raison en serait « la pression de la direction des achats d’EDF, qui en veut toujours plus pour toujours moins cher ».

Les directions s’échinent à vouloir nous convaincre qu’à travailler pour EDF dans ces secteurs il n’y a aucun profit à tirer, donc pas d’évolution salariale sans mettre en péril la pérennité des entreprises.

Bien que rassemblés dans un quasi syndicat professionnel nommé COPSAR, les patrons du secteur principalement des filiales de AREVA, Bouygues, Suez et ONET jouent à coup de 122-12 (prétextes à se séparer des militants syndicaux) à s’échanger les marchés au gré des appels d’offre lancés par EDF.

Dés qu’un mieux social survient, les conditions du marigot agitent les crocodiles, qui font payer aux salariés le tribut sacrificiel. Ici moins de personnel, là moins de salaire, partout des mutations de salariés et surtout la chasse aux délégués.

Quand on pense qu’EDF voudrait (selon la presse) s’offrir La Hague, il y a du souci à se faire surtout... s’ils doivent sous-traiter !


a


Commentaires  (fermé)