Le mouvement de grève et les actions débutées le 7 février s’intensifient.

Le torchon brûle dans la BUA*
dimanche 24 février 2008
par  Coordonnateur
popularité : 41%

La prochaine réunion de négociation est programmée pour le 28 février et la direction campe sur 1,5% d’augmentation générale. L’entreprise est caractérisée par son faible salaire moyen, ce que les salariés ne supportent plus. Comment en effet, vivre de son travail et en accepter les contraintes dans une entreprise où le salaire moyen est de 1300 euros ? Principalement employés dans les centrales nucléaires EDF, où l’entreprise affirme perdre ses marchés au profit de la concurrence, les salariés entreprennent des actions quasi quotidiennement à l’entrée des centrales. On imagine la déréglementation sociale du champ d’activité, si les marchés se perdent malgré tout avec des salaires aussi indigents.

Le conflit salarial actuel est la résultante de tous les efforts consentis – et non récompensés - en terme de mobilité et d’adaptation à travers la BUA* qui a répondu à la demande d’EDF de contracter pour les prestations globales d’assistance chantier (PGAC dans le jargon EDF).

Passés dans l’espace de 2 ans de 900 CDI à 700, on imagine la charge de travail qui pèse sur les épaules des salariés.

Au demeurant parmi les plus exposés aux rayonnements ionisants du faits des travaux qu’ils effectuent, les salariés le plus souvent en déplacement, ne voient pas reconnues les pénibilités de leurs tâches et n’ont pas d’autres perspectives que de se maintenir dans leur activité jusqu’à l’âge de la retraite.

Leurs actions menées en intersyndicale, affectent en particulier les secteurs de Chinon et Paluel.

La CGT réclamait
Augmentation générale 4%
Talon 70 Euros
Augmentation individuelle 0,5%
Cadres et non cadres : 0,5%
Eléments variables
Panier 10%
Ik 10%

La direction générale ne changera pas la date de la troisième réunion de négociation prévue le 28 février et considère que la demande d’augmentation sur les salaires de base (3,8% +un talon de 50 euros = 4,5%) est trop élevée de 3 points et donc 4,5%-3=1,5%

Plus que jamais le soutien des salariés d’AREVA est important.

*Business Unit Assainissement d’AREVA qui regroupe STMI, Polinorsud, Gads, Esi, Gamma assistance