DIVIDENDES d’AREVA

Déclaration de M. Gérard Melet, membre élu CGT au Conseil de Surveillance d’AREVA à l’Assemblée Générale Mixte annuelle d’AREVA du jeudi 17 avril 2008.
mercredi 23 avril 2008
par  Coordonnateur
popularité : 44%

Les résultats de l’exercice 2007 confirment la bonne santé économique du Groupe AREVA, soit 751 M€ de résultat net.

Cette excellente performance - en hausse de 23 % par rapport à 2006 - est à la fois historique et significative pour AREVA. Il est bon de souligner que ce niveau de rentabilité n’est obtenu que par des opérations d’exploitation, sans résultat exceptionnel.

Cet exercice 2007 signifie pour AREVA un record de dynamisme commercial ainsi qu’en atteste la croissance de 9,8% de son chiffre d’affaires, soit 11 923 M€. Il marque une reprise nette de l’activité par l’évolution du carnet de commandes en hausse de 37%, passant à 39 milliards d’euros.

Ces résultats proviennent des efforts consentis par l’ensemble des salariés du Groupe qui sont en droit d’en attendre un juste partage et une reconnaissance de leur professionnalisme proportionnelle.
Les profits de l’entreprise doivent aussi permettre de mener une politique sociale ambitieuse, de haut niveau, qui doit être perceptible dans toutes les entités du groupe pour chaque salarié. Ils doivent également permettre une véritable indexation des salaires sur les prix, garantir des progressions de carrière motivantes, gages de la pérennité et du bien fondé des efforts collectifs et individuels.

Sur le plan industriel, de tels résultats doivent servir à la ré-industrialisation du pays, à mettre un terme aux délocalisations, aux pertes d’activité sur le sol national et à relancer les filières de formation.

La redistribution des dividendes aux actionnaires ordonnancée par l’Etat doit être claire, cohérente et prendre en compte le besoin d’autofinancement d’AREVA, son endettement actuel net de 25%, soit 1 954 M€.
Cela doit limiter la redistribution des dividendes pour privilégier l’indispensable investissement de l’entreprise. Les moyens sont nécessaires à AREVA pour maintenir et développer son avance.

Les 240 M€ proposés en dividendes pour 2008, soit 32 % du résultat net du Groupe sont bien élevés cette année encore, malgré il est vrai un recul de 100 M€ par rapport à 2007. L’argument avancé de l’Agence de Participations de l’Etat de se situer dans la moyenne de redistribution des entreprises du CAC 40 pour justifier ce montant n’est pas recevable. AREVA doit effectivement rémunérer son actionnaire principal le CEA pour assurer ses principales missions de recherche, ce qui ne dédouane pas l’Etat de son obligation de financer la recherche française, de même que de mener une politique fiscale juste et cohérente.

C’est donc 2 997 M€ de dividendes au total qui auront été versés par AREVA depuis sa création, soit 88 % de redistribution des résultats nets. Ceci souligne les incohérences de l’Etat actionnaire, qui ne fait que siphonner AREVA chaque année, au détriment de l’autonomie et du développement de l’entreprise, sans pour autant assurer ses devoirs à l’égard du CEA et des salariés.

Les 90 salariés d’AREVA TD de Montrouge dont les emplois seront délocalisés, en passe d’être sacrifiés sur l’autel d’une rentabilité dont l’insuffisance reste à prouver, ne représentent vraiment pas grand-chose face à ces gigantesques profits.

L’élu des salariés soutenu par la CGT, membre du Conseil de Surveillance d’AREVA votera donc contre cette proposition.


Commentaires  (fermé)