Où sont passés les engagements d’AREVA au moment de la vente FCI

Le site de La Ferté fermé, des menaces identiques pour Besançon, la presse rappelle l’histoire
mardi 27 mai 2008
par  Coordonnateur
popularité : 28%

C’est en compagnie de Gérard Larcher, alors ministre du travail, qu’Anne Lauvergeon s’était employée à rassurer les salariés. Peu de temps après, AREVA cédait l’entreprise de connectique (troisième mondiale), à un fonds de pension. La perspective de passer sous les machoîres des requins des Caraïbes, était alors écartée par les bonnes paroles d’AREVA et sa caution à durée déterminée...

C’est au terme de cette « garantie » que la presse annonce la fermeture du site de La Ferté.

Banc test de la politique sociale AREVA et de ses accords de méthodes pour le dégraissage, validés par le ministre du travail de l’époque, force nous est de constater ce que nous redoutions alors.

La liquidation continue
La reprise par Bain Capital etait présentée par la direction du groupe comme une chance pour FCI qui devait ainsi pouvoir continuer à vivre portée par un fonds industriel.

Au delà, une maîtrise industrielle des productions de masse est-elle voulue dans notre pays ?
C’est bien la question qui se pose quand toutes les industries tour à tour délocalisent leurs production, chez AREVA on dit Localiser là où sont les marchés. A ce jeu là seule la chine, l’Inde ne jouent pas et bénéficient au contraire des investissements de nos entreprises. Ne restent alors aux fonds souverains que d’opérer les razzias sur les entreprises technologiques et de raffler les licences. Au péril de la souveraineté nationale et de l’indépendance européenne. Il faut réindustrialiser, nous asséne le président Sarkozy. Chiche, mais dés lors que même nos entreprises publiques se désengagent, cela ressort du voeu pieux.
FCI troisième entreprise mondiale de connectique au moment de sa vente par AREVA, est fabricant d’équipements pour la téléphonie, l’automobile, la distribution électrique, de technologies de paiement et d’authentification par cartes à puces. La restructuration menée par AREVA avait déjà bien entamée les capacités françaises et européennes dans ces domaines.
Aujourd’hui en dépit de l’élévation des coûts des transports et des risques précités, les autres sites FCI sont également menacé. L’Etat nous dira-t-on n’y est pour rien, seule la dure réalité des marchés serait en cause.
Ce matin encore l’omniprésident martelait sur RTL qu’il fallait augmenter notre capacité de travail...

A La Ferté, à Besançon, à Mantes la Jolie, on ne demande que ça.

Libération publiait un article édifiant à propos de l’histoire de La Ferté, diffusé par les syndicats du groupe AREVA, il est publié en pièce jointe.


Documents joints

AYEZ CONFIANCE
AYEZ CONFIANCE