Et si on agissait ENSEMBLE…

Le congrès de l’US CGT AREVA décide un appel national
jeudi 2 octobre 2008
par  Coordonnateur
popularité : 24%

Les Négociations Annuelles Obligatoires (NAO) vont bientôt démarrer ou ont démarrées dans l’ensemble des entreprises du groupe AREVA. Il est clair que depuis quelques années c’est le directoire d’AREVA qui définit la lettre de cadrage et le contenu des négociations salariales dans nos entreprises.

Cette lettre de cadrage peut être différente en fonction du rang et du niveau du rapport de force dans telle ou telle entreprise du groupe.

C’est pour tenir compte du centralisme d’AREVA dans la proposition salariale que les syndicats CGT d’AREVA proposent une journée d’action commune Groupe, le 14 octobre, sur les salaires et les rémunérations dans l’ensemble du groupe à partir des plateformes revendicatives de chaque entreprise.

Il n’y a pas de salaire décent à moins de 1600 euros de base.

Chez Cezus à Ugine la lutte a commencé depuis 3 semaines, ailleurs la colère gronde. Chez AREVA NP, les discussions entamées portant sur l’année 2008, ont laissé les partenaires sociaux sur leur faim, la direction ne proposant que 3,2%. Chez AREVA NC le questionnaire enquête salaire atteste également du mécontentement salarial.

Des possibilités d’actions unitaires sont partout envisageables dans le groupe AREVA, qui s’est félicité dernièrement de ses excellents résultats et de l’excellence de son carnet de commande.

Carnet de commandes (au 30.06) 38 123 +13,6%,
Chiffre d’affaires publié 6 168 +14,8%,
Résultat opérationnel 539 +332 M€,
ROP / CA (%) 8,7% +4,8 pts,
Résultat net part du groupe 760 +465 M€
Résultat net par action 21,45€ +13,14€

Même la promesse qui en découle en termes de participation ou d’intéressement, ne saura en ces temps de tempête boursière et financière apaiser les mécontentements grandissants. Pas plus qu’elle ne saurait masquer les disparités salariales au sein des entreprises ou catégories de personnel.

De Mainco filiale logistique du groupe où les salaires nets se situent plus prés de 1000 euros, en passant par les emplois techniques ou d’encadrement des filiales de premier rang, le compte n’y est pas.

AREVA qui doit bénéficier de la vague des départs massifs en retraite - et donc d’un dégonflement de sa masse salariale - ces prochaines années peine à effectuer les recrutements dont elle a besoin. Elle doit donc en rajouter pour rendre les métiers attractifs et fidéliser ses recrutements.