AREVA NP

Informations des entreprises du périmètre AREVA NP (Ex Framatome)

Contact CGT

DSC AREVA NP, Nelly ROY, 0630427979 - 0613141858, nelly.roy@areva.com


Articles publiés dans cette rubrique

samedi 5 mars 2016
par  Mutos

Déclaration CGT au CE AREVA NP Courbevoie du 4 Mars 2016

Le 4 Mars 2016, le CE de l’établissement AREVA NP de Courbevoie était consulté sur les Livres I et II du Plan de Départ Volontaire. Lors de cette consultation, vos élus CGT ont émis un avis défavorable.

Cet avis fait suite à l’avis de la même teneur émis la veille par les élus CGT au CCE AREVA NP, lui-même en cohérence avec celui de la CGT AREVA NC et nos avis dans les CE des autres sites, tant NP que NC.

Tout d’abord, la CGT conteste le bien-fondé des suppressions d’emploi qui vont être exécutées, ainsi que le choix des postes à supprimer. Ce plan, qui n’était pas nécessaire au vu des départs naturels prévisibles, portera gravement atteinte au collectif de travail en fragilisant tous les salariés. De plus, la trop prévisible hémorragie de compétence ne pourra qu’être très partiellement endiguée avec les faibles mesures qui ont été ajoutées au PDV, notons-le, sur l’insistance des élus, la direction semblant prête à se contenter de vagues intentions dans un préambule.

La réorganisation qui sous-tend ces départs est elle-même hasardeuse et mal maîtrisée. Dans un environnement mouvant et sans chercher à poursuivre une stratégie cohérente, la direction, obéissant à des directives venues de l’État, se contente de réduire uniformément les effectifs de 15%. Alors que le salarié moyen est sévèrement réprimandé au moindre écart, les mêmes élites qui ont amené le Groupe au bord du gouffre se voient reconduites aux commandes pour imposer un grand pas en avant aux frais exclusifs des salariés.

La CGT affirme que ce manque de clairvoyance entraîne une forte défiance du collectif de travail envers la direction et une énorme inquiétude sur les capacités des responsables de l’État et de l’entreprise, à redresser la situation.

samedi 5 mars 2016
par  Mutos

Déclaration CGT au CCE AREVA NP du 3 Mars 2016

Le 3 Mars 2016, le CCE d’AREVA NP était consulté sur le plan de transformation du groupe et son plan social associé. Lors de cette consultation, vos élus CGT ont émis un avis défavorable.

En effet, ce plan, élaboré selon des critères uniquement financiers, sans perspective industrielle de fond et sans soucis de préserver les salariés, est porteur de très graves risques, tant au plan humain que sur l’avenir industriel d’AREVA NP.

La CGT s’y est donc opposée depuis le début des négociations de l’accord d’accompagnement des départs. Elle s’est également opposée à toute tentative d’atteinte aux statuts des salariés qu’il s’agisse de rémunération ou de temps de travail.

Notre opinion sur la situation et les moyens qui permettraient d’en sortir par le haut s’est trouvée confortée à maintes reprises par les expertises, tant au périmètre NP que plus largement, dans les autres entités et au niveau du Groupe tout entier.

Les cabinets consultés ont exprimés plus que des réserves, ils ont fortement alerté les élus et la direction quant à la capacité d’AREVA NP à supporter une saignée de cette ampleur.

Or, la direction refuse obstinément d’entendre toute contradiction. La CGT ne lui donnera pas un blanc-seing pour appliquer une politique destructrice des compétences, des emplois et des conditions de travail !

Vous trouverez dans cette déclaration le détail des raisons qui nous ont poussées à prendre cette position.

mercredi 2 mars 2016
par  Mutos

CGT Jeumont n°14 : déclaration CGT et compte-rendu de la réunion de négociation IBJ du Mardi 1er Mars 2016

A la veille des consultations des élus et délégués syndicaux de chaque établissements d’AREVA NP, la CGT de Jeumont renouvelle sa demande à la direction d’entendre les revendications du personnel d’IBJ et de Jeumont.

Bien que très réservés, pour ne pas dire opposés au projet de transfert des salariés d’IBJ à Châlon, nous demandons que la direction mette tout en œuvre pour que ce projet ne soit pas le signal d’un éclatement du service.

Pour ceux qui suivent, hier après-midi, le tract présenté ici ne faisait qu’une page et exposait nos revendications, dont l’éligibilité en niveau 1 des salariés dont le contrat de travail est impacté par la réorganisation, particulièrement ceux dont l’activité serait transférée à Châlon. Il a été complété hier soir avec le Compte-rendu de la réunion, qui montre que ces revendications ont été acceptées en partie. L’éligibilité est donc acquise, assortie de garde-fous sur les métiers critiques et de temps pour la transmission des compétences, ainsi que l’annonce d’embauches pour remplacer une partie des départs en retraite.

Les menaces sur les compétences et la pérennité de l’activité sur le site de Jeumont semblent donc s’estomper. Néanmoins, il nous faut rester vigilants et nous souvenir que ces avancées ont été permises par la forte mobilisation de tous les salariés suite au boycott intersyndical des voeux le 26 janvier.

vendredi 26 février 2016
par  Mutos

Les archives CGT de la Tour : le retour des pingouins !

Attention, cet article n’est pas comme les autres...

En effet, grâce à Annick, récente retraitée qui a pris le temps de les scanner, voilà une partie de la mémoire syndicale de la Tour AREVA, en l’occurence le début de l’année 1999.

D’autres pans de souvenirs reviendront certainement égayer notre site, mais aussi montrer la coupable constance de l’Etat et de la direction dans leur orientation néolibérale, car comme on dit, perseverare diabolicum est !

Alors, (re)plongez-vous dans 1999 et (re)découvrez les pingouins qui ont si fort amusé la Tour Framatome après la diffusion de ces voeux-là, fort peu distrayants pourtant en eux-mêmes !

jeudi 18 février 2016
par  Mutos

Décryptage CGT n°12 : le sauvetage d’AREVA vu de bas en haut ; comment nous faire entendre ?

La vision que l’on peut avoir du sauvetage d’AREVA diffère selon que l’on est travailleur, dans une usine ou un bureau d’études, ou lorsque l’on s’appelle l’Etat ou la direction.

Les premiers, associés « à l’insu de leur plein gré » à des catastrophes dont, tel la vigie du Titanic, ils avaient essayé de prévenir leurs dirigeants pour s’entendre traiter en Cassandre, sont maintenant sommés de se sacrifier sur l’autel de la performance financière.

Pour les seconds, par contre, tout va bien : Diafoirus fera une bonne saignée, EDF, bien qu’elle-meme exsangue, sera mise à contribution, les invetisseurs privés fourniront un maximum et l’Etat interviendra le plus tard possible, afin de débourser le moins possible, entérinant de facto la privatisation de la filière nucléaire française.

C’est tout cela qu’explique un peu plus en détails (et avec des zozios) ce tract, distribué ce matin à La Défense. Car face à cette situation, une journée d’action CGT se tient aujourd’hui, Jeudi 18 Février, sur les sites AREVA dans toute la France, en même temps que la CGT d’EDF, qui après tout, est bel et bien sur le même Titanic que nous...

Mais après ce Jeudi, que ferons-nous ? Que ferez-vous ? La fin du tract est une porte ouverte à tous, afin que vous nous disiez ce qui compte pour vous et comment vous souhaitez le défendre. Alors, à vous l’honneur, emparez-vous de la parole !